Pourquoi les Open Badges sont-ils dignes d'intérêt ?

Un contexte favorable

Le besoin d’être reconnu, pour ses compétences, son travail, son savoir-être ou encore ses réalisations, a toujours été le moteur d’un engagement fort.

Au-delà de la réponse à un besoin, la pratique de la reconnaissance est un outil très puissant pour mobiliser les personnes. Reconnaitre un individu pour son travail, ses compétences ou ses qualités humaines (son savoir-être),  c’est contribuer à entretenir une image positive de lui-même et à renforcer son engagement.

À l’époque où la diversité des contextes d’apprentissage est une réalité bien ancrée, il devient important, voire essentiel, de reconnaître et de valoriser ces différents apprentissages. On apprend tous les jours et tout au long de nos vies, de manière formelle, non-formelle et informelle, de plusieurs manières (in situ, à distance, en continu ou fractionné dans le temps et l’espace), avec différents supports (livre papier, en ligne, ordinateur, tablette, applications, réalité virtuelle) et dans des contextes très variés (durant les études, au travail, dans nos communautés de pratiques, à travers notre engagement citoyen, durant nos loisirs, etc.)

L'individu est bien plus que ses diplômes !

Jusqu’à présent, nous disposions essentiellement d’outils de reconnaissance formelle, comme les diplômes ou autres certificats, pour reconnaître des apprentissages formels. Mais la reconnaissance et la valorisation des  apprentissages et des compétences informelles ont tout autant d’importance, si ce n’est davantage encore à une époque où les diplômes ne suffisent plus pour garantir un emploi.

Les recruteurs creusent au-delà des sésames acquis auprès des écoles ou des universités et recherchent des compétences bien précises, certes techniques, mais aussi de l’ordre des compétences douces, ces compétences transversales – comme la créativité, l’autonomie, le travail en équipe, la résolution de problèmes, la pensée critique, le savoir-être, etc – qui garantissent l’adaptation de l’individu à des postes potentiellement très différents. (Partie 2/3 du code pour obtenir le badge “Curiosity” : vxp2)

 

Un outil au service de la reconnaissance !

Les Open Badges permettent de pousser le champ des possibles bien au delà de la seule reconnaissance des compétences et des apprentissages  informels.

Il devient dès lors possible, avec les Open Badges, d’attester également :

  • d’un savoir-être,
  • d’une qualité, d’une valeur,
  • d’une réalisation, d’une participation,
  • d’un progrès ou d’une progession,
  • d’un intérêt, d’une affiliation,
  • d’une appartenance à une communauté,
  • d’un rôle ou d’une fonction,
  •  d’un engagement ou d’un soutien.

Une architecture sécurisée et RGDP compatible

L’infrastructure des Open Badges garantit l’intégralité des informations contenues grâce à un système de vérification : la machine va vérifier s’il existe bien une copie identique du badge sur le serveur où il est hébergé. Si les copies ne correspondent pas, le badge est réputé invalide.

Les Open Badges sont à la fois infalsifiables, vérifiables et anonymisés (par défaut, l’identité est cachée), garantissant ainsi la protection de l’identité de leurs bénéficiaires.

Quelles sont les propriétés d'un Open Badge ?

Il est possible de collecter des badges depuis différentes sources, en ligne ou hors ligne et de les stocker dans un espace personnel (BackPack, Open Badge Passport, etc.).

Il est possible de suivre  un badge pour découvrir les personnes qui l’ont obtenu et ainsi les contacter, échanger. Un Open Badge donne ainsi de la visibilité à ses bénéficiaires.

Si le CV traditionnel présente une valeur uniquement déclarative, l’Open Badge permet à son bénéficiaire d’apporter la preuve de ce qui a été reconnu ou réalisé.

Un Open Badge peut être affiché et partagé, en ligne et hors-ligne, donnant ainsi de la visibilité tant à son bénéficiaire qu’à ce qui a été reconnu.

Si l’on utilise les Open Badges pour attester et valoriser des participations, des contributions, des rôles (animateur, conférencier, chef d’équipe, etc.), ils deviennent alors un moyen d’archiver ses expériences.

L’Open Badges est une occasion pour partager ses centres d’intérêts (participations à ces manifestations, ateliers, conférences, etc.), montrer ses engagements (bénévolat, soutien d’une cause).

Les Open Badges permettent de valoriser des projets collectifs et leurs acteurs en rendant visibles les savoirs et savoir-être mobilisés autour de l’organisation d’un évènement.

L’Open Badge permet de communiquer autour d’un projet, d’un évènement grâce au partage de ses bénéficiaires. Il va également véhiculer l’image, les valeurs de l’organisation qui le délivre.

A travers les Open Badges, je peux rendre visible les personnes que je reconnais et qui me reconnaissent, les organisations ou communautés que je reconnais et qui me reconnaissent. On peut ainsi visualiser la chaîne de confiance d’une personne ou d’une organisation à travers les endossements qui ont été obtenus. On peut imaginer visualiser des réseaux de confiance entre personnes, communautés et organisations.

L’Open Badge permet d’intégrer un groupe de personnes dans sa conception , sa création, son émission. Les méta-badges, aussi appelés badges-clés, permettent également de concevoir des parcours de formation ou des parcours autour d’une thématique.

Là où le diplôme n’est délivré qu’une seule fois, un Open Badge va pouvoir vivre en étant “endossé” plusieurs fois, être intégré dans différents contextes, constituer une porte d’accès à de nouvelles communautés de pratiques. Un Open Badge peut également être enrichi de nouvelles preuves tout au long de son existence.

L’Open Badges permet de cartographier les savoir-être, savoir-faire et compétences des acteurs d’une organisation. Il offre ainsi aisément la possibilité d’en identifier les forces et les faiblesses, comme de faire émerger les besoins en compétences ou en formation.

Il est possible de faire approuver un badge par d’autres personnes ou organisations : approuver sa qualité (critères, ce qu’il reconnaît, etc.), approuver l’émetteur, le bénéficiaire.